ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  TIMBI MADINA 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  | Contact  

 

 

Rubriques

Liens


Art et litterature peule du Fouta

......................... 
 
 
 
 
 
 
WILLIAM BALDÉ : SA BIOGRAPHIE  
 
Un cocktail unique, qui mixe références roots, citations musicales éclectiques et humour. 
 
Né en Guinée d’un père peul et d’une mère d’origine éthiopienne, Mohamed Guy William Baldé a du quitter rapidement son pays natal pour rejoindre son père au Sénégal, ou il vit le début de son adolescence. 5 ans de vie à Dakar avant son départ pour Paris où il entre en 6ème.  
 
Ce parcours donne des chansons en Wollof et en anglais dans l’album du 1er groupe créé, Yuba (Everybody Nyani-Nyani chez EMI en 96). En 99, cette formation ne résiste pas au quotas des chansons françaises imposées, c’est la dissolution. 
Quelques années de voyage plus tard (en Asie, surtout, mais aussi en Europe du nord et en Afrique) Gil Gimenez et William composent dès 2004 les 1ères chansons de Gazebo, créé en 2005. Marc Jacquemin décide de faire partie de l’aventure immédiatement. 
 
 
En 2007 et 2008, William Baldé enflamme plus de cinquante concerts de Christophe Maé dont il assure la première partie, jouant ainsi devant plus de 400 000 spectateurs ! En parallèle, il finalisait l’enregistrement de son 1er album, En Corps Etranger (juin 2008), et de son premier extrait Rayon de Soleil : l’univers chaleureux et coloré d’un auteur-compositeur de talent, un tube irrésistible, gorgé de soleil, nourri d’influences reggae, et aux textes savoureux. 
 
 
 
Le 23 juin n'est pas un jour comme les autres pour William Baldé. C'est le lancement de son premier album En Corps Etranger. Encore inconnu il y a quelques mois, il partage maintenant l'affiche d'artistes de renom sur le plateau NRJ et squatte la première partie deChristophe Maé : "Son public est génial. Ses fans le respectent et le soutiennent. Quand j'arrive sur scène, les gens se rendent compte qu'il y a un lien entre nous et m'accueillent très bien." 
 
Mais William Baldé n'est pas du genre à se monter la tête : "J'ai été pendant longtemps dans l'underground. Quand j'ai entendu mon single la toute première fois à la radio, je me suis dit que c'était délirant. Un jour, j'étais dans le métro et à côté de moi une fille écoutait Rayon de soleil. Mon premier réflexe a été de la regarder. Je me demandais si elle allait me reconnaître." 
 
Il est plutôt du genre à s'évader du monde :"Mon autre passion après la musique, c'est les voyages. J'affectionne énormément l'Inde. Cela a été un vrai choc culturel." 
 
Cet auteur-compositeur est un nomade à l'âme française et son album en est un bon exemple. " Le titre de l'album traduit ce carrefour des différentes influences, à la fois français et étranger."  
Un disque frais comme une brise marine, parfait pour cet été ! 
 
 
 
GIMDHI TAARIIKA FII FUUTA-DYALON NGAABU (POEME PEULH) 
 
Auteur: THIERNO ABDOURAHMANE BAH  
 
 

Mi dho yima dhoo gimdhi mi sifanoo on  
Fii ngaabu e Dyanke ngal langal  
Dhun dhoo siiwaama e oya taariika  
Mo Tyerno Aliu no windi yhial  
Hedeelan seedha mi haalanaon  
Fii dyanke Waali ko dyon doolal  
On laamin Ngaabu e fewndo mu’un  
Woni dyabbaaruudyo saliidho kulol  
Si o mahi tata makko o wii Turuban  
Tata keldhudho huubhudho ngal kapital 
Almaami Umaru Yahi Ngaabu o felli  
o lantyiti on tata haa to bhalal  
 
 
Alfaa Ibrahima nde felloyno Tabadyan  
E Puraada o hebhi polgal  
o fawibhe sagalle bhe itti bhe dyonnimo  
Haa si bhe murtani ittinegol  
Konu ngaabu waroyii sakkundyo me’en  
Abdul Ghuduusi ko dyon gandal  
On dhon woni ben Tyernoodyo me’en 
Ibrahima mo Ndaama saliidho dyeyal  
On dartinoo porto e parte mu’un  
Si o harnibhe hoyre e dyinnidinegol  
Alfaa lbrahima nabhi konu go’ o  
Kurubaali, buyaaga dhe wonti misal  
O warii hooreebhe, o dahii bheynguure  
o sunni kodholi o lantyi potal  
 
 
Alfaa yahyaa bismor laamii  
Si o fewtani Ngaabu et Hi habhugol  
On moobhi koneeli o moobhi dyoga  
Si o naatoyi Nyaabina feundo pudhal  
O dahii suddübhe o honi aalaadyi  
Et dyaube o fokkiti ruttoyagol  
Tun Ngaabu Monii si bhe moobhi koneeli  
Bhe yahi Ngaabuna ko Sakkoyagol  
Nde bhe fottoynoo dhon non bhe habhi  
Hare sattunde ken si bhe hebhi polgal  
Bhe radhü konu Ngaabu e dhuudhude mu’un  
Hi bhe bhurnoo sappo guluudyi duhol  
Bhen yiltii dyanfii yahi taarii  
Haa hunbhiti heblii fii warugol  
Konu alfaa yahya luttitunoogu 
E rewbhe e dyawle ka daakorgal  
 
 
Si bhe wari dhon kala bhe bhe tawnoo dhon  
Si bhe rondii dyawlè e fii nabhugol  
Dhun wonti musiiba mo Fuuta Hebhaali  
Wa mu’un haa yamondiri yondinagol  
Alfaa Yahyaa e koneeli mu’un  
Yahi naati Saruudya Ko moyhy inagol  
Yaha donkina Ngaabu e yimbhe mu’un  
Si bhe dyattita dyawle bhe hetta gebhal  
Ko e nder dhun nyaw bade yaltitidhon  
Fidhi konu ngun fow woni maayoygol  
Bade dhen adori Alfaa Yahyaa  
On faati dhun woni ghabouringol 
Bade dhen wari yimbhe luudyi nayi  
Dhun satti e Fuuta bhe bheydi munyal  
Hare Turuban nden le ko woni sabu mu’un  
Mi dho filloo hedho Hi maanditagol  
Alfaa Ibrahima hoydhu no tiggi  
Dyiwo tyedhdho mo Turuban dyon nhariwal  
 
 
Nden non si o immini dhidho sagataabhe  
Ka Dyanke Waali ko taskoyagol  
Dyanke hendiibhe o tayhani mobee  
Ngoya dyungo o hawki ka waynondiral  
Bhen arti bhe holliti dhun Alfaa  
On seytini sattini ngal kuugal  
Si o immini dhidho kadi bhen dhon men  
Tayhonaa dhidhi dyuudhe ka waynondiral  
Ko nde bhen dhon hewtituno hiwrii  
Si o moobhi koneeli e Hi habhugol  
Nde bhe tokkituno hare hakkunde mabhbhe  
Bhe habdi doyi duubhi ka renkondire 
HaaMoodi Aliiu mo Saalime on  
Wuggii haa nangoyi Dyanke waal  
Nden Alfaa yeeni mo bhidho mu’un  
No wiee Maymuuna ka weltanegol  
Dyanke addaa yo o silmu, o wii  
Mi yidhaa lislaamu, bhe tayhimo koal  
 
 
Ko e on dhon fewndo bhe nangi Kunmantyo  
Bhe addani Alfaa fii resugol  
Nde o resunoo on on dyibini kisan  
Alfaa yahyaa kaadee langal  
On dartii porto o murtanibhe  
Si bhe Nangi bhe nabhimo Gabon Kasugol  
Si o ittaa dhon o nabhaa kadi poor  
Etien o kassaaton to ladyal  
Ko nde hettunodhen ndii leydi me’ en  
Persiidan nulimen artirgol  
Yhie makkodhe artiroya dhe maraa 
Kamayen no yahe dhoo dyuuroyagol
 
 
 
 
 
 
PHILOSOPHE, POETE, HISTORIEN, SOCIOLOGUE, Mr MAMADOU LAMARANA SIDIBE « LAMA SIDIBE » (LA VOIX D’OR , L’ENFANT PRODIGE DU FOUTA)  
 
 
Mamadou Lamarana SIDIBE du nom artistique LAMA SIDIBE est né le 27 janvier 1965 dans le quartier populaire de Horé -Fello à Mamou, ville carrefour de la Guinée située à 275 km de Conakry capitale de la République de Guinée. Son hospitalité, la douceur de son climat, sa position stratégique (Carrefour naturel) ont fait de cette ville la plus grande préfecture cosmopolite du pays.  
 
A Mamou où se trouve également le célèbre village de Timbo Capitale du royaume théocratique du Fouta Djallon où se prenaient toutes les décisions sur la vie politique, économique et sociale des neuf (9) diwés (provinces), fief des almamy où les règles de la démocratie étaient appliquées bien avant le contact avec les colons.  
 
Cette préfecture a toujours répondu présente aux rendez vous importants nationaux et internationaux. Elle a donné naissance à des célèbres et dignes fils d’Afrique. Parmi eux nous pourrons citer :  
 
-Feu Diallo Telly intellectuel polyglotte par excellence et panafricain convaincu, premier secrétaire général de l’OUA.  
 
-Thierno Monenembo véritable ambassadeur romancier de la littérature Africaine.  
 
 
 
-Alpha Amadou Diallo, opérateur économique sacré oscar des oscars des managers Africains.  
 
-El Hadj Boubacar Biro Diallo premier président d’une assemblée nationale multipartite.  
 
-Abdoul Salam Sow « Golden Boy » meneur de jeu de l’équipe nationale des deux dernières décennies, élu auparavant deuxième meilleur joueur mondial des moins de seize ans en Chine, a redonné du goût au football Guinéen. Les PDG des plus grands super marchés du pays sont originaires de cette préfecture et où le taux de la scolarité est très élevé.  
 
 
 
C’est sur cette longue liste que figure l’artiste LAMA SIDIBE « Manu Dibango » pour ses amis d’enfance. Comme l’a dit Victor Hugo « aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années » c’est ce qui s’applique sur cet enfant de Horé Fello. Dès son jeune âge, à sept ans, il prit goût à l’art par le biais de la musique. A l’école primaire de son quartier, il s’illustre comme le principal chanteur de la troupe théâtrale de son établissement, en décrochant permanemment les meilleurs titres lors des compétitions inter-scolaires. Il crée son premier groupe avec des camarades de classe dont l’un d’entre eux lui fabrique les premiers instruments rudimentaires.  
 
Très tôt le succès du jeune LAMA déborde le cadre de l’école, on le retrouve avec une bande de copains, ses grandes sœurs et autres jeunes de sa génération où il est l’animateur principal des veillées nocturnes. Quelques années plus tard le groupe se disloquât. A noter qu’il n’a trouvé aucun artiste dans sa lignée. Etant le garçon unique de sa mère n’ayant qu’une seule grande sœur, sa maman s’oppose à son option pour la musique, de peur d’offusquer sa mère, il jugera nécessaire d’abandonner momentanément la scène. Mais discrètement il continue à parfaire son art.  
 
Avec le concours de son Beau-frère, LAMA se rend à Conakry retrouver celui-ci afin de poursuivre ses études secondaire au KM 36.C’est en 1984,à l’âge de 19 ans en cachette que le jeune LAMA réalise ses premières notes musicales avec le doyen feu Bigné Doumbouya, saxophoniste à la paillote de Cameroun (Quartier de Conakry).  
 
LAMA, par son intelligence sa politesse et son sens large de communication passe par des méthodes de courtoisie pour convaincre sa mère. Ayant obtenu, enfin, de celle-ci l’autorisation de poursuivre sa carrière musicale, LAMA se dirige vers une de ses relations du Nimba Jazz de N’zérékoré en l’occurrence le grand claviste bassiste Mamady Condé grâce à qui d’ailleurs il va intégrer la grande famille griotte de feu Karifa Diabaté, auprès du quel il va conforter ses acquits artistiques. Par sa politesse, il bénéficie de la confiance de son maître qui lui fait intégrer l’orchestre du Nimba Jazz toute en continuant ses cours de musique en famille.  
 
Au terme de cette formation il obtient la mention « NIARA » qui veut dire en malinké excellent. Auparavant, Lama avait suivi des cours de secourisme et il avait prêté ses services d’assistant aux victimes du tremblement de terre survenu en Guinée (Gaoual) en 1983. Cette expérience lui servira également lors de l’afflux des réfugiés Libériens et Léonais en Guinée. A N’zérékoré il exerçait cumulativement les fonctions de secouriste et d’artiste,Lama fonde son premier groupe professionnel « Muydhé » le destin en poular .Il anime des manifestations culturelles ou anniversaires parrainés par les institutions spécialisées des Nations –Unies dont entre autres : le HCR,le MSF ,le PAM,ADRA………. .  
 
Après la réalisation de ce premier album en 1995 à Abidjan, l’artiste secouriste continue d’apporter sa contribution au soulagement des milliers de réfugiés Libériens et Léonais à qui il redonnait espoir à la vie par ses chansons et ses actions. Lama a géré le plus grand camp de réfugiés dont celui de Kolomba avec quarante six mille six cent cinquante réfugiés. Cette endurance lui a valu de parler les différentes langues de la Guinée forestière «(Guérzé, Mano, Toma) où il a côtoyé la mère de l’éternel opposant Jean Marie Doré. C’est une période qui a préparé de plus Lama à affronter la vie. C’est aussi à cette période que LAMA s’est surperfectionné en Anglais où il dispose d’ailleurs aujourd’hui des textes en français, anglais et Arabe. La gestion humaine n’est plus étrangère chez lui quelque soit l’effectif.  
 
Ce n’est qu’en 1996 après le retour massif des réfugiés, que Lama décide de mettre son album sur le marché. Pour cela, l’artiste débarque à Conakry avec dans sa gibecière « A WELIILAN » titre de son album de 8 titres sortis le 17 Mai 1996 au cinéma Liberté. A WELIILAN devient très vite un tube et Lama se positionne dans le cœur des mélomanes Guinéens. Il est sollicité un peu partout à Conakry où il jouait notamment dans les grands Bars Restaurants régulièrement (4 sur sept jours) de la semaine. Entre autres nous avons Chez Fofana à Lambanyi, chez Ivonne à Taouyah, Marcory Gasoil où sa rencontre avec Madame Rougui BALDE PDG de Gris-gris productions cassettes (première usine numérique de cassettes en Afrique l’ouest) scella le destin de l’Enfant prodige de Horé Fello.  
 
En effet, séduite par les mélodies de la musique de Lama et la profondeur de message qu’il livre, un contrat est signé entre Gris-gris productions et Lama pour la production de trois albums. Ce mariage aboutira à la réalisation du premier album de la série qui s’intitule « FALAAMA » désire en poular. Dans ce chef d’œuvre musical, LAMA sollicite de son public l’autorisation de pouvoir enfin assouvir sa soif de lui parler du fond du cœur. Et par la splendeur de ses œuvres, on ne peut qu’être étonné par la diversité des colorations que LAMA imprime à ses cordes vocales. Les thèmes quant à eux sont d’une richesse incontestable.  
 
Le contrat de Lama avec Gris-gris productions dispense Lama des soucis financiers pour la production et la distribution. Désormais l’Artiste est libre et son inspiration en ressent. MUYDHE nom qu’il a donné à son groupe est remplacé par « SELLA FINDE » qui veut dire fidélité en poular. Ainsi avec les mêmes musiciens, LAMA développe une musique beaucoup plus élaborée et le succès est éclatant, il est adulé, il est de toutes les grandes manifestations à Conakry et à l’intérieur de la Guinée. Il effectue des tournées dans la sous région Ouest Africaine. L’album FAALAMA est aussi celui de l’ouverture et de la consécration internationale de LAMA .  
 
Avec Falaama, Lama est invité à se produire en Europe où il donnera son premier concert à Aubervilliers (Paris) le 29/12/1999 .On le retrouve ensuite à Bruxelles, à Hamburg, à Amsterdam et Saint Denis en France. Partout, la communauté guinéenne, africaine et les amoureux de la musique africaine se bousculent pour voir, savourer et danser sur les rythmes de l’Ambassadeur de la voix pastorale. L’Amérique n’est pas en reste, en 2002, ayant eu vent de ses succès, des mécènes guinéens vivants aux USA invitent Lama au pays de l’Oncle Sam. Pendant cinq mois, Lama parcours les grandes villes américaines où il se produit pour les communautés Guinéennes et Africaines. On le retrouve tour à tour à New York, Washington, Chicago et à Indianapolis où d’ailleurs, il participe au festival de la ville et fut le premier Africain à recevoir le trophée « AFRICAN DJEMBE AWARD », un prix de récompense pour la promotion de la culture africaine aux USA.  
 
Alors que son album Faalama caracole à la tête du hit parade national,et est au top des meilleures ventes de cassettes en Guinée ,Lama entre en studio au Burkina-Fasso pour la réalisation d’un double album dont la sortie du premier intitulé « SEGUELERE » épervier en pular,ressemble à une émeute.  
 
En effet, le palais du peuple (la plus grande Salle de spectacles du pays) était petite pour accueillir les dizaines de milliers de Fans de l’artiste philosophe venus recevoir le nouvel opus de leur Idole .Pour satisfaire le public, les organisateurs étaient ténu obligé de faire deux concerts le même jour et au même lieu, une première dans l’histoire des sorties d’albums en Guinée. Lama est désormais une star en Guinée applaudie sur tout passage. L’affluence des Fans et admirateurs de toutes les classes d’ages et ethnies se prouve aujourd’hui par la création de plusieurs associations féminines et juvéniles dénommées LAMA SIDIBE. Des boutiques, des restaurants etc …portent pour nom, celui de ses chansons « Mari Faala,Yélina……. ».  
 
Lama rassemble son public du Vendredi au Dimanche par des animations jamais égalées dans le pays. Lama est aujourd’hui plus qu’hier sollicité par la Croix Rouge Guinéenne qui lui a attribué le titre d’ « Ambassadeur de l’Institution » dont la remise du passeport a eu lieu le 15/12/2005. 
 
 
 
 
 
 
Zeinab Koumanthio Diallo 
 
Koumanthio Zeinab Diallo Kazédi (Kumantyo Dyenabu Dyallo) est née en 1956 à Labé, en Guinée. Elle est l'héritière d'une tradition poétique peulhe extrêmement riche. Son premier ouvrage est dédié à ses enfants, Dalanda (Lynda), Ousmane (Mawdo), Mamadou (Vieux) et Tiguidanké (Nene). Koumanthio Zeinab Diallo est fondatrice de la section guinéenne du PEN Club International, membre du Comité International des Femmes Ecrivains et de plusieurs autres associations littéraires. Elle a obtenu un premier prix de poésie pular en 1990 et Les rires du silence a reçu le prix du président de la République de Guinée au concours littéraire organisé par la Pan Africaine des Ecrivains en 2005. Elle a excercé la profession d'Ingénieur agronome, d'expert en développement et de consultante pour le PNUD. Elle est aussi co-fondatrice du Musée du Fouta Djallon et du célèbre Théâtre du Musée à Labé et elle y a mis en place une section consacrée à la poésie et aux contes avec la participation de beaucoup de jeunes.  
 
 
Interview de Koumanthio Zeinab Diallo 
 
 
Comment vous est venue l’idée d’écrire vos contes, et plus précisément N’gotte ? 
 
Vous savez qu’a l’opposé de cette littérature africaine d’expression étrangère, il existe une littérature orale, aussi réelle que le monde, dont les femmes, responsables de l’éducation primordiale de l’enfant à bas âge, puisaient, dans le grand réservoir intarissable de contes, de légendes, de mythes, de berceuses,… que sais – je encore, les éléments indifférenciés de distraction, d’éducation et d’intériorisation des sentiments moraux. Cette littérature orale, ici, je parle des contes, est de moins en moins visitée. Les contes se font rarement dans les familles. Pourtant, l’on sait le caractère éducatif des contes puisque c’est par eux que l’on arrivait à fixer dans l’âme des tout petits, des modèles de comportement, des valeurs sociales, capables de qualifier les individus qu’ils sont. 
C’est pour combler ce vide, que l’Association des femmes Poètes et Ecrivans de Guinée en mettant en place le Musée du Fouta Djallon, s’est attelée à la mise en place d’une cellule d’animation qui, à travers les hirdés ou veillées, a fait de la réhabilitation des contes du terroir, une priorité. Responsable moi-même de la section contes et poèmes au sein du Musée, j’ai tout naturellement entamé une « réhabilitation » des contes du terroir en les réécrivant ou les transcrivant.  
Ce travail évidemment m’a conduit à la collecte, ou à la production de beaucoup de contes qui sont mis en scène par la troupe artistique du Musée du Fouta sous la conduite de son Directeur artistique Mamadou Samba Sam Diallo en direction de la population en générale et de la population scolaire en particulier. 
Le présent conte N’Gotte le Génie de la chasse, c’est d’abord par ce que je tiens à sauver ce conte qui fait partie du patrimoine immatériel du Fouta. C’est aussi pour moi le premier (si non il est parmi les premiers) conte qu’on apprend aux enfants dans le Fouta Djallon. Ce conte permet aussi d’aider l’enfant à aiguiser ses capacités à protéger son propre environnement. A travers le conte, on met l’enfant à l’école des sages qui trouvent eux, un moyen de protéger les têtes des sources. « On ne chasse pas à la tête de la source car N’Gottê le Génie tend de vilains pièges aux gens » lui dit on. 
Ce conte de mon enfance et de celui de mes mères et grand - mères ne doit pas être oublié. Il doit être connu de tous sur tout en ces temps de forte dégradation de l’environnement. 
 
 
Pourquoi N’gotte et que signifie t-il ? 
 
N’Gotte dans la langue poular désigne le diable nain, hideux, représentant le personnage à qui on colle le rôle du méchant. Dans bien de cas, il est chargé de punir les méchantes personnes. Dans ce conte, il a été donné au Génie le double rôle de gardien de la source et de dissuadeur de toute action qui pourrait avoir des répercutions néfastes sur l’environnement. Il m’a été facile de faire jouer le rôle du gardien de la source à N’Gotte, pour le bonheur des enfants.  
 
 
Vous avez publié à ce jour un nombre important de contes, est ce que vous ne rencontrez pas de difficultés dans la diffusion de ces contes ? 
 
J’ai à mon actif quatre livres de contes qui rassemblent à eux près de trente contes. Ce qui est assez remarquable je crois. Ces contes, comme je l’ai dis plus haut, sont pour la plus part des contes connus du terroir guinéen et foutanien, déjà écris par d’autres, et /ou inventés par moi. Trois des quatre livres sont des publications de l’Harmattan ce sont : Daado l’orpheline, le Fils du roi, et N’Gotte le Génie de la chasse. Diouma l’intrépide a fait l’objet d’une publication locale. Tous ces contes sont mal diffusés. D’abord l’harmattan la maison d’édition ne fait pas de travail d’accompagnement des auteurs pour une bonne visibilité des livres qu’elle publie. Ensuite, en Guinée la politique de promotion du livre et de la lecture ne prend pas encore en compte la promotion des livres écrits par des auteurs Guinéens. Les auteurs, souvent très pauvres et sans subvention aucune, ne peuvent pas faire face aux exigences liées à la promotion de leurs livres. 
 
Mal diffusés, ces contes restent donc à découvrir dans le pays d’origine de leur auteur. Ils devraient être mieux connus et offerts aux élèves du pays, à l’image de certains pays voisins.  
 
 
 
Nous pensons que les veillées de contes que vous organisez sont des espaces de diffusion de vos contes? 
 
Oui, les veillées de contes et de poèmes que nous organisons sont bien sûr des espaces de diffusions de nos contes. Mais elles sont aussi des espaces de collecte, de mise en valeur et de réveil de jeunes talents qui jusque là n’étaient pas connus. Grâce au Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Guinée, le Musée du Fouta dispose d’un petit amphithéâtre d’une capacité de deux cent places dans lequel nous développons les activités d’animation culturelle et scientifique et ce, deux fois par semaine. Notre public est composé de jeunes et de moins jeunes. Pour fidéliser ce public, nous ambitionnons d’aller plus loin en utilisant les moyens modernes qui sont développés aujourd’hui ( je veux parler des moyens modernes d’audio et de vidéo ) pour diffuser nos produits que sont les contes et les poèmes.  
 
Votre dernier mot ? 
 
Je voudrais lancer un vibrant appel aux bonnes volontés, aux hommes de culture pour qu’à l’image du fooot ball, on se mobilise au tour de la littérature Africaine. Nos contes, nos poèmes, nos romans, nos pièces de théâtre, qui apportent beaucoup de rythme et de soleil à la littérature du monde, ont besoin d’être lus, ont besoin de supports audio visuels et d’espaces de diffusion, peut être trouvera t-on parmi ceux qui écrivent des Senghor, des Hampâté, des Camara Laye, des Birago Diop… 
 
 
 
POEME 
 
FIl YUMMA 
 
Ko hombo woni ko fenhanimi ngurdan 
hollimmi pudhal ? 
Ko hombo woni ko mowlimmi nhataali 
holli fenhal ? 
Ko hombo woni ko lunnimi nhalaali 
holli malal ? 
Ko hombo woni mo dhoyngoi limmali 
holli newal ? 
Ko hombo woni mo bamburan dhehi keetyi 
sittyali desal ? 
Ko hombo woni mo endhi durtaa 
dullaali dyeyal ? 
Ko onon yo yumma an ! 
Danyi dankii habhaali  
ko onon yo yumma an ! 
Dyabhi lunnii nhataali 
Ko onon yo yumma an 
Dyabhi mowli pedhaaki 
ko onon yo yurnma an  
Dyabhi nhorre bhidhaaki  
Ko onon yo yummaan! 
Dyabhi nyinnude dyikku neammi  
ko onon yo yumma an !  
Fina defa bimbiiri  
ko onon yo yumma an !  
Wa mon alaa yo yumma an !
 
 
 
Thierno Aliou Bhoubha Ndian (Thierno Aliou Bah, né vers 1850 à Donghol Guinée AOF, décédé le 23 mars 1927 à Labé Guinée AOF) fut un écrivain et homme politique peul important du Fouta-Djalon. 
 
 
 
 
Biographie  
 
 
Descendant de Ali Kali Doukouré dont le petit fils, Thierno Malal (qui prit le nom de Bah lorsqu'il épousa une femme de ce clan) vint du Diafouna (République du Mali actuelle) et séjourna dans le Koin, près d'une montagne qu'il baptisa Diafouna. 
 
Puis il continua dns le Labé et trouva Karamoko Alpha à Dimbin ; celui-ci lui proposa des cadeaux et des domaines pour sa famille ; mais il se contenta d'une petite parcelle pour sa tombe qu'il creusa d'ailleurs lui-même. Edifié par tant de vertus, Karamoko Alpha le nomma Imam Ratib, charge dont hérita son fils Thierno Abdourrahmane ; celui-ci suivit Karamoko Alpha dans sa nouvelle résidence à Missidé Hindé (qu'il légua par la suite à la famille de Modi Younoussa, arrière grand-père de Thierno Diawo Pellel) et y mourut. 
 
Enfin, lorsque Karamoko Alpha se fixa définitivement à Labé, il emmena les deux enfants de Thierno Malal et les sept fils de Thierno Abdourrahman ; il mourut dix ans plus tard, mais l'Imamat se transmit dans la famille de Thierno Malal jusqu'à Thierno Aliou en passant par Thierno Mamadou Bano et Thierno Mamadou. 
 
 
Education  
Thierno Aliou étudia le Coran auprès de son père Thierno Mamadou ; il fit ses études secondaires et supérieures à l'école de trois grand érudits de l'époque : son oncle Thierno Abdoulaye Ndouyêdio, Thierno Boubacar Poti Séléyanké de Dimbin et Thierno Abdourrahmane Kaldouyanké de Sombili (surnommé Thierno Doura). 
Il apprit les sciences islamiques (théologie, langue, littérature, grammaire, etc.). Il maîtrisait l'arabe littéraire ce qui lui permit d'écrire de nombreux ouvrages dans cette langue et de servir d'interprète pour les chefs du Labé lorsqu'ils recevaient des hôtes arabes. 
 
 
Période à Bhoubha Ndian  
Son dernier maître (Thierno Doura) le choisit pour traduire, devant les érudits du Fouta, une lettre envoyée par les chefs arabes à l'Alamamy ; il acquit alors une renommée qui dépassa les frontières du Fouta et de la Guinée. 
 
Alpha Ibrahima le choisit comme conseiller pour les affaires religieuses ; son fils Alpha Yaya lui renouvela cette confiance. 
 
Thierno Aliou déménagea, à 30 km de Labé lorsque son oncle Thierno Abdourrahmane Talibé lui donna en mariage une de ses filles et lui offrit, en héritage, tous ses biens dispersés dans la contrée (cheptel, terres, récoltes, etc.). Il reçut depuis, le nom de Thierno Aliou Bhoubha Ndian. Il resta à Bhoubha Ndian pendant 24 ans dispensant des cours, recevant des étudiants venus de tous les coins du Fouta, notamment des enfants de chefs et de notables. Il ne comptait que sur le revenu généré par ses champs et ses transactions commerciales pour subvenir aux besoins de sa famille et de ses élèves et redistribuaient les cadeaux qui pouvaient lui être fait. 
 
 
Période à Madina 
Les fonctions assumées par Thierno Aliou exigeaient de lui une présence de plus en plus suivie à Labé. Il déménagea vers 1898 à Madina, à 75 km de Labé. Il y trouva son oncle Modi Mamadou Samba qui lui donna en mariage une de ses filles ; il fut nommé chef de tous les Ourourbhé (Bah, Baldé) de Dowsaré Labé, Kolia, Manda Saran, Soumma, Fétoyambi et Woundoudi ; il y construisit une mosquée et en fit son lieu de retraite spirituelle. 
 
Pendant la colonisation francaise, il devint juge principal de Labé, mais se fit remplacer par son fils aîné Thierno Siradiou en 1914. 
 
Après la réforme administrative de 1912, il fut nommé chef du canton de Donghora, charge qu'il accepta sans enthousiasme et sur les conseils de ses amis et sympathisants qui craignaient pour lui la répression qui s'était abattue sur les érudits du Fouta ; il régna quatre ans et fut obligé d'abandonner en 1916. Il se consacra alors à ses activités culturelles et religieuses ; en témoignage sa prestation à la conférence des érudits africains organisée à Dakar par le Gouverneur Général de l'AOF. 
 
Thierno Aliou Bhoubha Ndian mourut le 23 mars 1927 à l'âge de 80 ans ; il est enterré dans sa concession près de la grande mosquée dont la direction est actuellement assurée par son fils Thierno Abodurrahmane, ses deux petits fils El Hadj Ibrahima Caba et El Hadj Mamadou Badr ainsi que El Hadj Aliou Teli petit fils de son ami Thierno Mahmoudou Laria. 
 
Thierno Aliou a laissé de nombreux enfants : Thierno Siradiou, Karamoko Bano, Thierno Lamine, Thierno Mamadou, Thierno Abdoulaye, Karamoko Chaikou, Thierno Habib, Thierno Abdourrahmane, Aguibou Oubaidoullahi Dai, Aissatou Ousmani, Mariama Sira, Barratou Djiwo, Fatimatou Souadou, Diaraye, Aissatou, Kadiatou Oumâmatou. 
 
 
 
 
-------------------------------------------------------------------------------- 
 
Enfance et contestation : le parcours romanesque de Tierno Monenembo 
-------------------------------------------------------------------------------- 
 
Dans les premiers romans du Guinéen Tierno Monenembo, l'enfance ne semble pas a priori constituer un axe central, ni même un thème véritablement récurrent, et ce n'est qu'avec ses derniers romans, Cinéma [1] et L'aîné des orphelins [2], que l'auteur paraît s'intéresser de près au monde de l'enfance. Pourtant les apparences sont trompeuses : dès les premières oeuvres, le thème est là, mais en filigranes, de façon généralement ponctuelle et souvent "décentrée" par rapport aux axes majeurs de la diégèse. A travers ces brèves apparitions se dégagent déjà des caractéristiques thématiques et structurelles que les deux derniers romans mettent en pleine lumière en les plaçant au coeur même du récit. On assiste alors, semble-t-il, au développement d'une même thématique en deux versions à la fois symétriques et antithétiques qui renvoient à l'ambivalence de la notion même d'enfance dans l'imaginaire collectif. [3] 
 
Dans l'ensemble de son oeuvre, Tierno Monenembo décrit un monde dur, dans lequel l'existence se réduit le plus souvent à un périlleux exercice de survie. Les enfants en sont les premières victimes et si certains d'entre eux apparaissent comme cruels ou immoraux, ce n'est jamais que le résultat d'une série d'épreuves douloureuses, voire tragiques. 
 
C'est d'abord l'environnement familial qui s'avère hostile et traumatisant. Les familles sont souvent déchirées ou bancales. Nombreux sont les pères inexistants ou cruels, ou tout simplement trop ivrognes pour assumer une quelconque responsabilité parentale. Ainsi, Cousin Samba, héros des Ecailles du ciel [4], est dès sa naissance catégoriquement rejeté par son père qui ne supporte pas l'apparence étrange, presque monstrueuse du nouveau-né et hurle : "Ce n'est pas à moi, ce cauchemar ! Non, ce n'est pas à moi !" (p.37) Le père de Binguel dans Cinéma, est décrit par l'enfant comme un tyran domestique incapable d'affection et seulement soucieux de châtier dignement les incartades de son fils. Celui de Leda, dans Pelourinho [5] est un ivrogne violent et totalement instable, qui ne fait que d'épisodiques apparitions dans son propre foyer et finit émasculé par son épouse alors qu'il tente de l'assassiner. Au-delà des pères eux-mêmes, d'autres figures masculines sont tout aussi menaçantes. Dans Les écailles du ciel et Cinéma, les maîtres d'école par exemple semblent vouloir graver le savoir dans les chairs meurtries de leurs élèves, qu'ils éduquent à coup de cravache. Tout l'entourage de l'enfant peut même se muer en puissance hostile, acharnée à brimer, persécuter ou chasser : c'est le cas de Cousin Samba, en butte dès sa naissance non seulement à la haine de son père, mais à l'inquiétude de tout le village qui interprète sa venue au monde comme un mauvais présage et ne cesse de s'interroger : "Est-il bon de garder ça parmi nous ?" (p.39) Beaucoup plus tard, parce que Samba a acquis auprès de son grand-père un savoir occulte, c'en est trop : il est menacé, traqué et obligé de fuir le village natal. Ce personnage est particulièrement intéressant dans la mesure où il met en évidence un trait fondamental : l'enfant apparaît comme un étranger, mal accueilli dans un monde peu fait pour lui, où il n'a guère de place et où il doit affronter aussitôt les plus pénibles épreuves. Il n'a alors d'autre issue que de grandir très vite et de n'apprendre à compter que sur ses propres ressources : il est frappant de voir que Samba, qui semble être encore très jeune lorsqu'il quitte son village, n'est plus jamais représenté comme un enfant dès qu'il arrive dans la capitale. Les personnages qui entourent le héros, tout comme le narrateur, ne le voient plus tout à coup que comme un adulte. 
 
L'environnement familial et social de l'enfant n'est pourtant pas toujours aussi hostile et anxiogène. Il existe des familles unies et qui semblent assez heureuses malgré de très modestes conditions de vie : ainsi dans L'aîné des orphelins, l'enfant grandit entre un père réputé être l'idiot du village, mais aussi "un homme honnête qui savait tout faire" malgré son "penchant invétéré pour la dive bouteille" (p.119), et une mère discrète, travailleuse et pleine d'indulgence. Mais le cas reste rare, et il est plus fréquent de trouver simplement, en contrepoint de l'ombre menaçante du père, des figures protectrices, le plus souvent féminines, qui contrebalancent l'influence néfaste du milieu par la tendresse et les soins maternels qu'elles prodiguent. C'est ainsi que Leda, dans Pelourinho, passe successivement des mains de sa mère à celles d'Ignacia la voisine, puis de la bonne du couvent dans lequel elle a finalement été recueillie. Toutes ces femmes lui donnent de l'amour, mais aussi l'espoir de le rencontrer plus tard, en tant qu'adulte. Ce sont elles aussi qui, à travers des récits et des chants, lui font découvrir les racines africaines du Brésil, une mémoire collective ici directement liée au rêve de bonheur. Même Cousin Samba le solitaire trouve un allié de taille dans son propre village : son grand-père qui le protège et l'initie à des savoirs secrets, et qui, après son arrivée en ville, ponctue son existence d'apparitions spectrales, muettes et énigmatiques. 
 
Il existe donc ici et là, une forme de représentation de l'enfance heureuse, associée notamment au motif du jeu, de l'aventure ou du rêve. Et l'on sent émerger dans certaines pages de Pelourinho ou de Cinéma une véritable nostalgie de l'enfance et de son insouciance, même si celle-ci se déroule dans les bas-fonds d'une favela ou dans une famille qui cultive davantage les cris et les coups que les élans d'affection. Mais généralement les moments de bonheur ne sont que provisoires et leur caractère éphémère est d'autant plus accentué qu'au moment du récit, ils appartiennent déjà au passé du personnage, saisi à l'âge adulte. La cruauté du sort ou des hommes vient généralement mettre un terme à tout ce qui pouvait préserver quelque peu l'enfant. La misère, la maladie font beaucoup d'orphelins, mais les enfants sont surtout victimes de conflits politiques violents et de situations sociales qui les vouent à une rapide déchéance, physique et morale. Ainsi en est-il de Faustin, héros et narrateur de L'aîné des orphelins, qui, après une enfance paysanne plutôt paisible, est transformé par le génocide rwandais en enfant des rues, voyou et finalement meurtrier. Dans ce monde, comme dans la capitale des Ecailles du ciel déchirée par la dictature et la guerre civile, les filles semblent vouées très tôt à la prostitution, et les garçons au crime. Dans Un attiéké pour Elgass [6], la petite fille recueillie par un groupe d'étudiants guinéens exilés à Abidjan est finalement séduite par l'un d'eux, le narrateur lui-même, qui explique son forfait par les circonstances historiques ayant précédé et provoqué leur exil, "ce temps du naufrage" (p.139) au cours duquel le pays tout entier, pris dans un tourbillon chaotique aurait d'un même élan renoncé à tout principe moral. Dans le même roman, quelques pages très dures évoquent une pension de jeunes réfugiés, rescapés de la guerre qui sévit dans un pays voisin. Non seulement la description des enfants, pour rapide qu'elle soit, accumule les détails physiques les plus horribles en mettant l'accent sur les infirmités, maladies, mutilations, etc., mais le narrateur adopte ici un ton froid et cynique, parfois à la limite du sarcasme, qui plonge le lecteur dans un certain malaise et ressemble en fait à une autodéfense : "Non," écrit-il, "il n'y a pas de malheur sur terre, il n'y a que des degrés dans le sarcasme." (p.49)  
 
C'est ainsi que l'enfant, comme la plupart des personnages de T. Monenembo apparaît essentiellement comme un réflecteur des réalités socio-politiques, le jouet et la victime privilégiée des soubresauts de l'Histoire. C'est d'une évidence immédiate dans L'aîné des orphelins qui évoque le génocide rwandais à travers les yeux d'un enfant rescapé du massacre de Nyamata. Mais c'est également vrai dans Les écailles du ciel où le destin tourmenté des filles d'Oumou-Thiaga, - la compagne du héros -, est marqué par les affres de l'Histoire (colonisation, indépendance, dictature, guerre civile). A plusieurs reprises, le texte souligne explicitement le parallélisme entre l'histoire des deux enfants et celle du pays, notamment dans la période qui précède l'Indépendance. Mais c'est à travers un symbolisme plus fort, celui de l'enfant avorté, que l'auteur exprime le caractère tragique de l'histoire africaine récente. Cousin Samba est en effet le père de deux enfants qui ne verront jamais le jour : le premier est le résultat d'une unique étreinte avec Mme Tricochet, sa patronne blanche qui meurt en tentant d'avorter. Peu de temps après, Samba assiste à une nouvelle apparition du spectre de son grand-père, tenant dans ses bras "un enfant albinos hilare" (p.121) qui semble incarner aussi bien l'impossibilité du métissage que la monstruosité du système colonial. Plus tard, c'est avec Oumou-Thiaga sa compagne que Samba s'apprête à devenir père. C'est la période de la lutte pour l'Indépendance et l'enfant à venir symbolise tant l'espoir du changement politique que certains suggèrent de le baptiser "Hettâré", c'est-à-dire "Indépendance". Mais lors d'une grande manifestation à laquelle participe Oumou-Thiaga, un policier "fourr[e] dans son ventre la pointe acérée d'une baïonnette", tuant la mère et l'enfant et faisant d'eux des martyrs. L'auteur ne s'en tient pas à ce premier symbole historique puisqu'il ajoute que "c'est à l'endroit même où elle tomba dans la flaque de son sang et dans l'écrabouillure de son foetus que sera aménagée plus tard la fameuse place de l'Indépendance." (p.140) L'image atroce de ce foetus assassiné devient ainsi l'emblème non plus de la résistance à la colonisation, mais d'une indépendance elle aussi avortée, d'un espoir politique mort-né.  
 
A un moindre degré, Cinéma porte aussi des traces de cette étroite correspondance entre l'histoire individuelle et l'histoire collective, la croissance et l'évolution de l'enfant semblant épouser celle de la nation indépendante qui émerge et se dessine peu à peu. L'essentiel de l'histoire de Binguel est justement la quête d'un nouveau statut, caractérisé par des attributs d'adulte et garantissant son autonomie, sa liberté nouvellement conquise. Parallèlement à ce récit d'adolescence, on voit se profiler un arrière-plan historique qui va des premiers frémissements anticolonialistes aux premières années de l'Indépendance. Aussi Binguel est-il parfois présenté comme un symbole des temps nouveaux, comme ici : "- Tu vois celui-là, mieux vaut commencer à le respecter tout de suite ! Quand on aura arraché l'Indépendance, c'est des gens comme lui qui nous montreront le chemin." (p.95) 
 
Tous ces traits existent donc dans l'ensemble de l'oeuvre, mais c'est seulement avec Cinéma et L'aîné des orphelins que T. Monenembo entreprend de les développer. Jusque là en effet, les enfants apparaissaient sous les traits de personnages secondaires ou, s'il était question de l'enfance du héros, c'était généralement à travers des analepses. De plus, jamais la voix narrative n'avait été celle d'un enfant, tout au plus parfois d'un adulte se remémorant son enfance, comme c'est le cas dans Pelourinho. Avec Cinéma, en 1997, l'écriture de T. Monenembo semble ainsi connaître un tournant important : la localisation du récit dans la ville natale de l'auteur, l'histoire elle-même, avec son happy end, la thématique du jeu, de l'aventure et du cinéma, le ton naïf que donne au récit la voix de l'enfant, tout concourt à donner l'impression d'un imaginaire moins torturé, et comme apaisé par rapport aux oeuvres précédentes, marquées par un pessimisme profond. L'auteur lui-même témoigne de cette évolution : "Cinéma est plus serein, peut-être parce que j'arrive à l'âge de la sagesse, à la manière de Rabelais (...), je ne suis plus le petit type virevoltant des années 70 qui pensait régler l'Histoire à coups de poing." [7] 
 
Toutefois, quand paraît L'aîné des orphelins (en 2000), la tendance, à peine amorcée, se renverse. Ecrivant dans le cadre d'un projet collectif placé sous le signe du "devoir de mémoire"[8], le romancier choisit ici une option délicate. Il situe délibérément le roman dans l'après-génocide, sur lequel on ne revient que par quelques analepses, et confie par ailleurs la narration à un garçon des rues dont le regard désinvolte et cynique, - au moins en apparence -, contraste avec l'horreur des faits évoqués. Ce refus du pathos pourrait être vu comme une sorte de stratégie d'évitement de la part d'un auteur confronté à l'indicible du génocide, une dédramatisation nécessaire à la conduite même du récit. Faustin ne dit-il pas lui-même : "Les enfants ont un sacré avantage : ils n'ont aucun sens du drame. La vie reste un jeu même en cas de désastre." (p.95) Mais cette distanciation est lourde de signification. Car ce qui est pathétique ici, c'est précisément ce silence du pathos, cette extinction de l'émotion chez le jeune garçon dont la mémoire, dans un profond mouvement de déni, a choisi de refouler le souvenir du massacre et de la mort de ses parents. C'est aussi sa résignation devant sa mort prochaine et ce qui, dans sa vie, finit par ressembler à une véritable fatalité du meurtre et de la violence. Ainsi T. Monenembo montre ce qu'il est urgent de montrer aujourd'hui : non pas un mémorial tourné vers les massacres du passé, mais l'augure d'un sombre avenir, dans la mesure où les enfants de ce pays, socialement et psychiquement ravagés par le génocide, portent en eux, inéluctablement, le germe d'une violence future. 
 
Les deux romans semblent en fait constituer une sorte de diptyque autour d'un axe central : l'existence d'un narrateur enfant. On relève d'une oeuvre à l'autre de fortes convergences narratives et thématiques. D'une part, l'espace du récit est essentiellement celui de la rue, même si dans Cinéma celui-ci est contrebalancé par l'espace de la maison familiale. Les deux garçons y évoluent à leur aise, commettant de petits délits, chapardages et trafics divers. Le récit est ainsi une succession de brefs épisodes, tissée de souvenirs divers, où l'on voit l'enfant parfaire sa "culture " de la rue et les savoir-faire particuliers qui la caractérisent. A travers ce morcellement du récit en une multitude de petites scènes, c'est la représentation d'une lente maturation qui s'établit. En effet, qu'il s'agisse de Binguel ou de Faustin, l'écriture met surtout en scène leur intense désir de grandir, devenir adultes et imposer enfin leur volonté au monde. Aussi jouent-ils, aussi bien pour eux-mêmes que pour les autres, la comédie du "caïd". Pour Binguel, il s'agit avant tout de montrer au monde qu'il n'est pas "le petit, le môme, l'insignifiante chose de Benté" (p.20) ; pour Faustin, de faire croire à tous, notamment à Claudine, sa protectrice envers et contre tous, qu'il est "une belle ordure et non le petit martyr que son esprit compliqué s'était inventé tout seul." (p.87) La dernière étape est, dans les deux romans, le meurtre, qui achève de rompre les liens entre le personnage et le monde de l'enfance, constituant en cela une véritable épreuve initiatique. Mais autour de ces axes communs, T. Monenembo a développé une structure antithétique opposant radicalement les deux oeuvres. 
 
La situation socio-politique et les raisons qui poussent le héros vers la délinquance sont radicalement différentes. Dans Cinéma, Binguel est le fils d'un commerçant aisé et ne manque de rien sur le plan matériel. C'est l'atmosphère familiale, assez délétère, qui le pousse à délaisser l'école pour fréquenter la rue. La tyrannie du père, la haine de "Mère-Griefs", que Binguel croit être sa marâtre, la maladie incurable de Néné Goré, qu'il croit être sa mère, tous ces facteurs contribuent à sa fuite vers un espace qui lui semble plus prometteur. Mais c'est surtout sa relation avec Benté, son jeune mentor, qui le pousse à aller toujours un peu plus loin hors du droit chemin. Ce qui les unit est un parfait exemple de ce "désir triangulaire" que R. Girard décrit dans Mensonge romantique et vérité romanesque [9] : pris au piège d'une fascination confinant à l'idolâtrie face à son héros qui incarne à ses yeux le modèle de "caïd" qu'il rêve d'être, Binguel n'a pour se libérer d'autre issue que de rivaliser avec lui de la façon la plus définitive qui soit, c'est-à-dire en le tuant. Mais il suffit, symboliquement, que sa décision soit prise et sa main armée : loin de commettre le meurtre gratuit qu'il a projeté, il tue, en état de légitime défense, un bandit recherché dans tout le pays. Le récit se termine comme une histoire pour enfants. Le vaurien se transforme en héros justicier, acclamé de tous, et le livre se referme sur cette pirouette romanesque qui nous renvoie directement à son titre : nous sommes au cinéma, dans un monde de western et de héros invincibles où triomphe le Bien.  
 
Très différente est l'histoire de Faustin. Si dans Cinéma nous n'assistons peut-être tout au plus qu'à la fameuse "crise d'adolescence" d'un individu qui ne tardera pas à retrouver des repères, dans L'aîné des orphelins il s'agit d'une tragédie, à la fois individuelle et historique. Faustin n'est dans la rue que parce que le génocide ne lui a pas laissé d'autre possibilité. Orphelin, survivant tant bien que mal d'expédients divers, il ne trouve pas a priori dans ce monde marginal le plaisir de l'aventure et l'excitation de l'interdit. Quant à son meurtre, celui d'un camarade de misère qu'il a trouvé couché avec l'une de ses jeunes soeurs, loin de faire de lui un héros, il le conduit tout droit à la prison et à la condamnation à mort. L'auteur renforce ici le caractère inéluctable du dénouement en inscrivant d'emblée son récit dans la prison où Faustin est incarcéré en attendant son exécution. Les trajectoires des deux héros sont ainsi diamétralement antithétiques, opposition qui renvoie, en termes psychanalytiques, à celle du principe de plaisir et du principe de réalité. Le second roman apparaît ainsi comme un démenti du premier : au mythe triomphant de l'enfant-sauveur succède la triste réalité de l'enfant condamné qui relègue définitivement les scénarios de l'enfance heureuse dans l'univers de l'impossible fiction.  
 
Ce thème de l'enfance constitue donc, dans l'oeuvre de T. Monenembo, un fil directeur, souvent ténu ou secondaire, mais dont on peut observer le cheminement depuis ses premiers romans. Le personnage se charge de significations généralement dysphoriques en étant le témoin et la victime d'une évolution historique désastreuse. L'environnement familial porte ainsi un sens politique sous-jacent : ces mauvaises mères ne renvoient-elles pas à la Guinée qui a contraint Monenembo à l'exil, et tous ces mauvais pères ne sont-ils pas le reflet de ces "pères de la nation" (Sékou Touré entre autres) qui ont martyrisé l'Afrique après les Indépendances ? [10] Les topoi de l'enfance heureuse, s'ils ne sont pas totalement absents, se détachent sur fond de misère matérielle et affective, et appartiennent le plus souvent à un passé révolu. Ainsi, si nostalgie il y a, elle est plus profonde que celle qui émane généralement des récits d'enfance : elle est nostalgie de ce qui devrait être et non de ce qui a été, l'expression d'un manque fondamental et définitif. Elle dénonce par là même toutes les sociétés humaines qui, en privant leurs propres enfants de leurs droits fondamentaux, se privent elles-mêmes de leurs perspectives d'avenir collectif. En confiant finalement la narration à la voix de l'enfant, loin de désamorcer la charge subversive du récit, T. Monenembo réussit peut-être à en accentuer la portée : en convoquant chez le lecteur les archétypes de ce que Marthe Robert appelle la "mystique de l'enfance" [11] (association avec la pureté, la vérité, voire la divinité et le pouvoir magique du verbe ; archétypes de la transgression ; dialectique de l'élection et de l'exclusion, etc.), cette voix ne peut-elle en effet incarner, par opposition à l'adulte et indépendamment des actes mêmes des personnages, une contestation sans compromission et un refus sans compromis ? 
 
]
(c) le boss boston - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 26.12.2009
- Déjà 1339 visites sur ce site!